ECHOS de la Mairie

Grippe aviaire

Objet : Mesures concernant la circulation de l’influenza aviaire dans la faune sauvage


PJ :
• Affichette influenza basse-cour ;
• Flyer de communication grand public sur le risque influenza (en français et en anglais) ;
• Fiche pratique : principes de la collecte de cadavres d’oiseaux en période de
circulation du virus de l’influenza aviaire dans la faune sauvage.

Depuis une dizaine de jours et comme dans d’autres zones de la frange littorale de la Manche
avant nous, le virus de l’influenza aviaire hautement pathogène a été détecté sur différentes
espèces d’oiseaux de mer (essentiellement des Goélands et des Fous de Bassan) trouvés
morts sur plusieurs sites du département des Côtes-d’Armor.
La présence de cette circulation virale à ce niveau est assez inédite en France. Cette
circulation du virus dans la faune sauvage en période estivale rompt avec la saisonnalité
hivernale des virus grippaux révélée par l’épizootie que la France a connue jusqu’au printemps
2022, cette fois en élevage. Si la circulation virale est pour le moment contenue dans le
compartiment faune sauvage, il est bien évidemment essentiel qu’elle ne pénètre pas le
compartiment domestique et en premier lieu, les élevages du premier département avicole
de France.
Compte tenu de la diffusion rapide du virus, plusieurs arrêtés préfectoraux ont été pris dans
4 zones du département afin de prévenir l’apparition de foyers dans les élevages
professionnels ou familiaux, par la mise en place de zones de contrôles temporaires (ZCT) sur
plusieurs bandes littorales (zone Ouest, Baie d’Yffiniac et zone Est) et sur la zone continentale
de LOUDÉAC.
La liste des communes concernées figure en annexe de chaque arrêté. Le zonage est
maintenu a minima 21 jours, puis une nouvelle évaluation de la situation sera effectuée.

Deux axes de surveillance épidémiologique, sont à retenir :
- Sur la faune sauvage : les services de l’office français de la biodiversité (OFB) appuyés par la
fédération départementale des chasseurs, sont chargés de la collecte des oiseaux sauvages
trouvés morts en vue d’analyse, au moyen du réseau de surveillance des causes de mortalité
de la faune sauvage (réseau SAGIR).
- Sur les élevages avicoles : d’une manière habituelle, la surveillance est réalisée par les
vétérinaires sanitaires. Elle est renforcée dans les zones de contrôle temporaire, avec une
visite systématique pour chaque élevage, durant la période de validité de ce zonage.

Affichette-biosecurite-basses-cours

fiche_collecte_cadavres

Flyer_general

 

Retour